Ostara est le sabbat qui marque l’équinoxe de printemps, jour où la nuit et le jour ont la même durée. Les sabbats sont des célébrations qui ponctuent l’évolution du soleil dans le ciel.

Depuis les débuts du blog, je rédige des articles sur les Sabbats afin de te faire découvrir plus en profondeur la Roue Solaire. J’ai commencé cette série, par un article qui t’emmène à la découverte des sabbats dans leur globalité. Si tu ne l’as pas lu, je t’invite à aller le consulter afin de mieux comprendre ce dont je vais te parler ici.

Ma manière de célébrer Ostara

Habituellement je te raconte l’histoire de chaque sabbat, ses traditions et les nouvelles pratiques. Je dois t’avouer que j’ai eu énormément de difficultés à traiter celui-ci comme je l’ai fait pour les autres. Alors, mon article aujourd’hui va être complètement différent. Je vais te parler de ce que je ressens en ce temps d’Ostara, et ce qu’il me pousse à vouloir mettre en action.

Un besoin de me réancrer

Ces derniers jours, je me suis occupée de mes plantes intérieures, de mes jardinières et de mon balcon. J’ai taillé, gratté, remis de la terre, arrosé copieusement, passé le balai, aspiré, lessivé au jet… Bref j’ai fait une remise à neuf de mes pots et de mon espace extérieur.

J’ai ressenti le besoin de toucher la terre, de gratouiller dans les jardinières et de rentrer en contact avec mes plantes. Elles comme moi, avions besoin d’un petit coup de propre. Mais au-delà de ça j’avais besoin de me ré-ancrer et de ressentir la vie se remettre à pulser en moi et dans la nature.

Certes mon bout de nature est petit, puisqu’il tient en quelques jardinières, mais il est un petit bout de miracle de nature, élevé au 6e étage d’un immeuble de Marseille. J’en prends soin car dès les beaux jours, j’ai plaisir à regarder la vie reprendre ses droits, grandir et s’élever hors de terre. Par exemple contempler mes orchidées créer une ou des nouvelle-s tige-s, qui je le sais feront de magnifiques fleurs très bientôt, m’apaise et m’aide à ralentir le rythme.

Mon mode tornade activé

À cette période, les longs mois d’hiver — oui j’habite à Marseille, là où l’hiver dure peu de temps, mais l’hiver est long pour les Marseillais — sont derrière moi. Il fait déjà bon dehors, le soleil apporte sa chaleur bienfaisante et c’est à ce moment-là que j’active mon mode tornade. Peut-être que toi aussi d’ailleurs, tu as un mode tornade ? J’ai envie de renouveau, de neuf, de réparer, de dégager les mauvais énergies, la poussière, de tirer les meubles pour nettoyer derrière. En fait, j’ai envie de bouger et de faire un magnifique nettoyage de printemps.

Habituellement, je suis quelqu’un d’assez calme et posé, et peut-être que tu le ressens dans la manière d’écrire mes articles. En ce moment j’ai envie de tout sauf d’être posée. J’ai envie de bouger, d’action, de nouveauté, de découvertes et je pense que ce besoin impérieux s’exprime à travers l’écriture de cet article.

Me libérer de ce dont je n’ai plus besoin

L’hiver, j’inventorie mentalement mes atouts et recense ce que je veux attirer à moi. Je fais également le point sur ce dont je suis capable ou non, sur les peurs qui me bloquent et je prépare le nouveau cycle. Aujourd’hui, je sens la nécessité de passer à l’action et de mettre à profit cette énergie débordante pour repenser mon intérieur. Et là je parle autant de mon mental que de ma maison. J’ai une folle envie de me débarrasser de ce qui ne me sert pas et de mettre de l’ordre.

Je commence par trier ma maison et ma tête, dire merci à tout ce dont je ne veux plus, que ce soit des mécanismes internes ou des objets, car ils m’ont été utiles à un moment, puis les libérer. Je vais donc vendre ce qui peut l’être et donner à des associations ce qui n’a aucune valeur marchande importante.

Guide des cristaux

Tu ne sais pas comment nettoyer et recharger tes pierres ?
Tu te poses des questions sur leur propriétés et leur utilisation ?
J’ai créé un Guide gratuit spécialement pour t’aider ⬇

Pourquoi Ostara a cette influence sur moi ?

Ostara marque l’équinoxe de printemps et l’entrée du soleil dans le signe du Bélier. C’est un sabbat dit mineur qui se célèbre entre le 20 et le 23 mars dans l’hémisphère nord et entre le 20 et le 23 septembre dans l’hémisphère sud.

Ostara, la nature en plein réveil

Au moment d’Ostara, la nature se réveille. Selon la latitude de chacun, le processus est plus ou moins avancé. Par exemple sur mon balcon à Marseille, mes pivoines sortent de terre et mes jasmins font de jolies repousses. Il va de soi que si tu habites en Suède, à cette époque de l’année les manifestations extérieures sont plus subtiles.

Il est physiquement il est possible de constater tous les changements qui s’opèrent. Les nouvelles pousses prennent vie de manière plus ou moins anarchique. Certaines plantes en sont déjà à un stade plus prononcé et montrent quelques bourgeons.

et les énergies…aussi

Comme je te l’ai dit plus haut, Ostara marque le début du printemps et de l’entrée du soleil en Bélier. La roue du zodiaque ne débute pas au mois de janvier comme l’année civile. Elle débute au printemps. Le calendrier Julien — qui démarre en janvier — a été adopté en 1572 mais avant lui, nous vivions au rythme du calendrier Grégorien qui commençait le 25 mars.

Le mois de mars, le bélier et le printemps portent tous les trois des énergies similaires liées à l’action. Le mois de mars doit son nom à la divinité Romaine Mars et porte les énergies d’action, de force, de conquête. Le signe du Bélier en astrologie, est le fonceur, celui qui agit et qui se pose des questions après. C’est celui qui fonce tête baissée, qui expérimente ce qui lui fait envie, avec un peu d’inconscience, un peu de folie aussi mais mû par un profond désir d’agir.

Le printemps c’est toutes ces énergies-là regroupées et qui grondent en nous. C’est la vie qui bat en soi et qui a besoin de s’exprimer. Finalement le temps d’Ostara, car ses énergies ne se limitent pas à une seule journée, est un temps d’éclosion, de retour à la vie. J’aime bien l’assimiler à la lame du Fou ou au Mat dans le tarot. J’ai cette sensation qu’ils portent la même essence, celle de partir à l’aventure on ne sait où, on ne sait comment, mais en y allant tout simplement.

J’espère que cet article totalement différent de la série sur les Sabbats t’aura apporté des réponses sur Ostara. Comment te sens-tu depuis quelque temps ? Est-ce que tu as toi aussi envie de passer à l’action ? Est-ce que tu as du mal à comprendre les énergies qui te poussent à aller dans telle ou telle direction ? Je t’invite à me faire part de tes ressentis en commentaire.

Nadège •••★

Cet article t’a plu ?
Partage le sur les réseaux sociaux avec le #cainfuse !

sabbat ostara
etoiles bleues

De nouvelles idées de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page