Le sabbat Samhain représente la fête des morts et marque le début de l’année solaire. C’est au cœur de l’automne lorsque les arbres se dénudent, les températures baissent et où nous passons de plus en plus temps à l’intérieur, que se fête Samhain.

Dans un précédent article je t’ai parlé des Sabbats et de la Roue Solaire. Si tu ne l’as pas lu je t’invite à aller le lire afin de mieux comprendre ce qu’est un Sabbat. Il existe de nombreux mythes et traditions liés à Samhain. Dans cet article, je vais te retracer une partie de son histoire, en m’appuyant sur le livre “Samhain” de Diana Rajchel (Éditions Danaé).

Aux origines de Samhain

Samhain est un sabbat dit majeur qui se célèbre le 31 octobre dans l’hémisphère nord et le 1er mai dans l’hémisphère sud. Son nom vient du gaélique qui signifie “fin de l’été” et se prononce so-ween. Il est situé au milieu de l’automne ce qui signifie que la plupart des arbres ont perdu leur beau feuillage orangé-rouge. Les températures sont en baisse et nous obligent à passer de plus en plus de temps à l’intérieur. Par le passé, ce moment sonnait la fin des moissons et l’attention de chacun était alors tournée vers la préparation de l’hiver.

Les traditions celtiques

L’histoire de ce sabbat prend sa source dans la tradition Celtique. Chez les celtes, il y avait 4 festivals du feu qui étaient célébrés dont le plus important est Samhain. Sa célébration se déroulait à la première gelée suivant la pleine lune d’octobre. Cette nuit-là, les familles laissaient mourir le feu de leur foyer pour le rallumer le lendemain lors d’un grand rassemblement avec la tribu. À cette occasion, des offrandes et des sacrifices étaient faits pour éloigner les esprits errants et le peuple des fées. Les druides allumaient un grand feu sacré pour la communauté et chacun repartait avec un peu de ce feu pour son foyer.

Dans la tradition païenne à Samhain le voile entre les mondes est le plus fin et il est possible d’entrer en contact avec les défunts et/ou d’autres entités, comme les fées. Cela implique que des entités autant bienveillantes que malveillantes puissent le franchir. Aussi pour se protéger et faire peur aux entités malveillantes, les celtes avaient pris pour habitude de se déguiser en animaux ou créatures effrayantes.

Les traditions en Grande Bretagne

Au moyen âge, le festival du feu a évolué vers des pratiques que nous retrouvons actuellement. Chez les Gallois, dans les Highlands écossaises, un feu de joie était allumé dans la grand rue des villes. Les garçons de plus de 8 ans et les domestiques, afin d’effrayer les fées, étaient chargés de sortir allumer des torches qui étaient placées en limite des propriétés et qui servaient aux habitants à allumer des feux de joie sur leurs terres.

Afin de se protéger en allant chercher le feu, les domestiques et les garçonnets, sortaient avec une lanterne appelée “Jack O’Lantern.” Celle-ci était fabriquée avec un navet creusé pour y placer un charbon ardent, puis relié à une ficelle. Cette tradition fait référence à une légende chrétienne du forgeron Old Jack qui dit que le ciel et l’enfer ne voulant pas de lui, il fut condamné à marcher sur les routes la nuit d’Halloween en traînant une lanterne navet pour éclairer son chemin.

Les traditions Christiques

Afin de convertir plus facilement et plus vite les païens au Christianisme, l’église s’est appropriée de nombreuses fêtes païennes. Au 5e siècle, le pape Boniface renomme Samhain en “fête des Saints et des martyrs,” et déplace la date au 13 mai. Au 9e siècle, le pape Grégoire, voyant que Samhain est toujours fêté au 31 octobre, déplace la Toussaint au 1er novembre.

L’évolution progressive des traditions de Samhain

La plupart les traditions ont perduré à travers le temps comme la croyance que le voile entre les mondes est plus fin lors de la nuit de Samhain. Cependant de nouvelles traditions ont vue le jour impliquant de faire la tournée des maisons et créant ainsi les prémices de la fête d’Halloween.

En Europe

Les farces prennent origine dans le fait de faire peur aux fées. Par la suite ça a été également l’occasion de faire accuser les fées des farces commises. Il existe de nombreuses pratiques en Irlande et en Écosse liées aux farces. Comme par exemple jeter un trognon de choux sur la porte des gens que l’on n’aime pas, dégonder les portes ou enlever les piquets des barrières.

En Irlande et en Écosse, on donnait aux pauvres des biscuits ronds appelés “gâteaux des âmes” contre les chants et les prières qu’ils offraient. Les lanternes en navet qu’ils portaient symbolisaient les âmes des défunts qui venaient quémander de la nourriture. Le plus souvent le repas de Samhain se déroulait dans le calme. Des gâteaux étaient placés sur les rebords des fenêtres pour les défunts. Une fois le repas fini les enfants pouvaient jouer et les adultes faisaient un point sur l’année écoulée.

Dans le Somerset c’étaient les enfants qui faisaient la tournée des maisons le 30 octobre, en demandant de l’argent pour acheter des feux d’artifices qui seraient allumés le lendemain soir. Ils portaient également des lanternes navets qui symbolisaient aussi les âmes des morts et refuser de donner de l’argent portait malheur.

En France, les enfants faisaient la tournée des maisons pour obtenir des fleurs en vue de fleurir les tombes de leurs défunts.

Aux États-Unis

Le 31 octobre est appelé Hallowe’en ou Hallowmas chez les saxons, soit la veille de la Toussaint. En s’installant aux États-Unis, les protestants Irlandais ont apporté leurs traditions. Au début, la fête d’Halloween, se matérialisait par des jeux et des parades masquées auxquelles participaient également les voisins des Irlandais issus d’autres communautés. À l’époque, il était plus facile de trouver des citrouilles que des navets et celles-ci les remplacèrent. Les lanternes citrouilles/navets avaient également pour rôle d’éclairer la route des défunts et de leur montrer le chemin de la maison de leurs proches. Cela reste tout de même une fête où l’on célèbre l’amour pour nos ancêtres et où la fête d’Halloween en rend la célébration plus légère.

Ce n’est qu’en 1970 qu’Halloween devient une fête laïque et commerciale destinée aux enfants comme aux adultes.

Suis le rythme des étoiles

rejoins la newsletter étoilée et découvre chaque mois des mails positif
et inspirants pour te relier aux énergies de la lune et du soleil

Les traditions contemporaines de Samhain

Aujourd’hui, selon les zones du globe terrestre et les croyances il existe plusieurs manières de célébrer Samhain comme il existe plusieurs dates auxquelles on peut le fêter. Tout dépend des croyances, des préférences de chacun et de l’hémisphère dans lequel on vit. Certains le fêtent en fonction du jour astrologique et se basent sur une éphéméride, d’autres le fêtent à la pleine lune la plus proche du 31 octobre et d’autres en même temps qu’Halloween.

Samhain à travers le monde

La tournée des maisons pour demander des bonbons est très répandue aux États-Unis et cette coutume a gagné la France il y a quelques années. Le 31 octobre en fin d’après-midi, il est commun de voir des enfants déguisés frapper aux portes pour quémander quelques sucreries. La tradition veut que l’on laisse son porche éteint si l’on ne veut pas être dérangé pendant une célébration privée.

Au Mexique le Dia de los Muertos, célébré le 1er novembre est très festif. À cette occasion on dresse des autels pour les défunts que l’on orne de photos des défunts, de bougies et de crânes fabriqués en sucre ou en chocolat appelés Calaveras. Les tombes sont lavées et décorées, et parfois même sont le lieu de pique-nique.

Samhain dans les cultes religieux

Dans la wicca, Samhain marque la fin d’un cycle et le début du nouveau. C’est pour eux le moment où le Dieu soleil est mourant et où la déesse le rejoint dans le monde des morts pour s’unir à lui. Ce serait la raison du voile plus fin entre les mondes. Les pratiques rituelles sont principalement liées à la démarche de la Déesse et à des hommages aux disparus de l’année.

Dans la tradition Druidique, la nuit de Samhain on célèbre les morts. Et quand le voile entre les mondes s’amincit, les lignes de temps passé, présent et futur se mélangent pour ne faire qu’un.

Dans le christianisme on fête la Toussaint le 1er novembre. La croyance est que ce jour-là on prie pour que les âmes des morts restées au purgatoire puissent monter au paradis.

Malgré le temps passant, la part spirituelle rattachée à Samhain a perduré et rejoint en partie ce qui se fait à la Toussaint. C’est un moment où la méditation a toute sa place, où l’on fait le point sur l’année écoulée, où l’on fait de grands repas et où certains pratiquent la divination.

Je suis toujours émerveillée de voir comment les traditions évoluent et perdurent à travers les âges. Les sabbats comme de nombreux cultes sont en réalité bien plus anciens qu’on ne peut le penser de prime abord. Le sabbat qui suit Samhain est Yule pour lequel j’ai également rédigé un article. Est-ce que tu connaissais déjà le sabbat Samhain et ses traditions ? Laquelle te marque le plus ou résonne le plus en toi ?

Nadège •••★

Cet article t’a plu ?
Partage le sur les réseaux sociaux avec le #cainfuse !

sabbat samhain
etoiles bleues

De nouvelles idées de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page